• Douceur des algarades

    Douceur des algarades
    S'enroulant autour de nos émotions
    Etendus sur des lits d'attente
    Nous voulions le centre d'un coeur
    Cloués au bas des choses
    Suant de l'impossible
    Posé sur nous
    Ne distinguant ni moi ni toi
    Embellis par le toucher
    Des inconnus accidentés
    Lâchant la prise
    En 23 secondes
    Un tiers de possession
    Un tiers d'imagination
    Et maintenant déjà
    La tombe
    Qui nous apprend à désapprendre
    Les faux besoins
    Au coin d'un sacrifice velouté
    -------------------------------------------------------------------------------

    Salle noire et sale
    Où l'ouvert s'en est allé
    Aux étages c'est le règne de l'inférieur
    La cave croupit et l'ascenceur clignote
    Comme la foire d'un trône oublié
    -----------------------------------------------------------------------------------------



    Le rouge a monté
    Jusque sur vos épaules
    Tournez-moi autour
    Je suis délaissé et omniscient
    Je m'ouvrirai et me fermerai
    Le rouge s'est levé aux joues et dans les neurones
    Comme un cadeau de l'apocalypse
    Tournez-moi autour
    N'arrêtez jamais
    Il y a mon sang sur vos pas
    Il y a mon sang sur mes idées
    Le rouge a monté
    Comme le bordereau
    D'un abattoir d'absolu
    Cramoisi et sauvé
    ---------------------------------------------------
    Transportés et retournés
    En déportations boueuses
    Atténuées par l'opium
    D'enfances suffoquantes
    Comme une caverne qui lave et purifie
    Tenus dans la bonté du désincarné
    Marchant sans l'essence des choses
    Ils ont brûlé leurs noms
    Derrière les barbelés de la perfection
    Recouverts d'estafilades écarlales
    Ils sont les mutants sans origine
    Sans avenir et sans instant
    Ils sont l'innommable
    ----------------------------------------------------------------


    Souillure de rouge à lèvres
    A travers une nuit portée
    Sans visages
    Posés l'un contre l'autre
    Cheveux jetés à terre
    Grâce des rapides griffures
    Joie des lentes morsures
    Yeux plongés dans des fentes parme
    S'accroît la béance
    D'orifices dévoilés
    Désinvoltes et abandonnés
    ----------------------------------------------------------------


    Robe nuptiale de la lucidité
    Qui fait des ronds
    Dans l'eau stagnante de la dérision
    Ouverture éclair
    Qui porte l'attrait du disparu
    Translucide sous haute tension
    Lacet délassés et voeux abrités
    Sous des lignes de flottaison
    Et des cascades de déraison

    -----------------------------------------------------------------
    « Tout s'éclipseRobe nuptiale de la lucidité »

  • Commentaires

    1
    k.
    Samedi 2 Juin 2007 à 22:27
    je ne saurais dire
    si chaque poème que vous écrivez éclipse le suivant, mais le crescendo que je perçois est d'une grande beauté. Bravo tout simplement.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :