• Tout est parfait alors

     

     

     

    Je sors au bois accompagné d’une fille de 5 ans armée d’une sucette à la fraise. Thermodynamique assortie aux sucreries un beau dimanche. Je lui dis que Carnot le pense : la chaleur est une forme dégradée de l’énergie. Un travail mécanique converti en chaleur. L’entropie marquée par le signe de la bête (S) et sa production d’entropie Tambiant / T

    de l'énergie Q amputée par la décote entropique, à savoir Edd = S . Tambiant = ( Q / T ) engendre une terrifiante dégradation.

     

    Les puissances thermiques débitent la matière et s’ouvrent à l’extériorité. Conservation du quantitatif qui dialogue avec la dégradation du qualitatif. Le tout via l’enthalpie spécifique des constituants. Elle me dit subitement qu’elle veut faire du manège. Une sorte de régime stationnaire permet que la machinerie occidentale se perpétue lui dis-je tout en se dirigeant vers le manège multicolore qu’elle visait dès le départ de la sortie. Tout point nominal a besoin d’énergie et de variations cinétiques, mais elle néglige tout ce verbiage abscons, se contentant de déguster sa sucette et me démontre son inaptitude à la névrose prématurée. Faudrait un bilan exergétique, lui parler de l’écriture inconsciente, des procédés industriels qui exploitent les ressources extérieures et salissent l’air et l’eau des rivières, mais en fait je préfère plonger mes yeux dans les siens.

     

    C’est comme si elle était cette condensation et cette réfrigération universelle à elle seule, me poussant vers l’évoparation du mental sans mot dire. Un petit puits thermique à la jupette fleurie que j’aime voir gambader en se foutant de tout sauf du manège qui tournoie devant nous. Je vois que tout est combinaison linéaire, élimination des déchets et rivières d’infini pour tout ressourcer : cette fillette est plus qu’une équation condensée. Entre nous, c’est tout le système avarié qui reprend des couleurs. Mon coefficient opérationnel de performance s’en retrouve amélioré. Je la vois me sourire et un incendie se répand en Corse au même moment. La beauté se répand sans analyses. Elle chevauche un ours mécanique et tourne, tourne, tourne. Je prie l’inconnu. La nuit tombe. Il fait froid. Tout est parfait alors.

    TR

    Publié dans l'excellente revue Dissonances. 

    « Enter the VoidLa psychiatrie totalitaire »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :