• Enemy

     

    Personne n’est singulier ; personne n’est original : personne ne peut donc raisonnablement et de quelque manière que ce soit prétendre à l’individualité.

    Oliver ROHE.

     

    Comment peut-il vivre ainsi ? Sa mère se le demande. Le chaos est juste un ordre qui n’a pas encore été déchiffré. Une énorme araignée est écrasée par des femmes à talons hauts, dénudées, pour des hommes au grand âge. Lui, il enseigne l’histoire. Il enseigne comment tous les systèmes répriment l’expression, réduisent les connaissances, uniformisent, rétrécissent tous les apprentissages, pour contrôler les choses, contrôler leurs vies. Car tout se résume à des histoires de contrôle. Quand on veut on peut, même retirer sa cravate, ou voir un film drôle qui ne fera pas rire. Dans la cité univers, il faut bien passer le temps. Sauf qu’en l’espèce, il ne passera plus comme avant pour l’historien, car il se voit dans le film. Un acteur du nom d’Anthony Claire en fait partie. Il est son double parfait.  On réalise que les choses se recommencent elles-mêmes, d’abord c’est tragique, puis drôle. C’est tellement réaliste cette ressemblance en tout, leurs voix, leurs cicatrices, Adam Bell va lui téléphoner pour comprendre, car il est enseignant et non délirant. Il se sent menacé dans son intégrité, dans sa singularité. Alors ? Comment est-ce possible ? Un jumeau ? Sa mère assure que non.  La femme de Claire est enceinte, belle, blonde, de plus en plus pâle à mesure qu’elle découvre cette voix au téléphone qui ressemble tant à celle de son mari. L’ébranlement de toutes les certitudes est en route, qui est qui, dans leurs lits respectifs, dans leurs corps, dans leurs matrices ?  Tout leur est commun, hormis un tremblement de mains pour l’un, une marque d’alliance absente pour l’autre. Le vide menace, la folie d’une araignée venimeuse dans le plafond de leurs certitudes s’avance.


    votre commentaire
  • Ce sont les propriétés particulières qui prédéterminent la manifestation d’un individu dans son champ d’expression, et quand tout concourt à les brider, alors, ne s’affirme qu’un magma informe et velléitaire de mollesse. Nous existons parce que nous apparaissons au sein de nos champs originaires. Dans ces clapiers modernes que sont les tours de compressions à loyers modérés, il n’y a pas de champ où dévaler. C’est parce que les corps célestes se distinguent les uns des autres qu’ils rendent nos vies possibles. L’indistinction uniformisante social-démocrate ne créera aucun astre humain. Notre unité n’est que spatiale, et encore, que dire d’un écosystème qui comprend vaches, missiles sol-air, cendres, nébuleuses, pensée de Fichte, braquages armés, glissades sur vélib, sourds-muets, rien de fondamental ne relie ces pluralités de réalités sinon justement, leur qualité d’existence. Personne n’a rencontré le domaine de tous les domaines, que pourtant, tout le monde traîne dans ses pensées, à savoir ledit monde. L’ensemble de tout ce qui arrive n’existe pas, sinon plus rien ne continuerait d’arriver. Sur ce, j’ai accéléré en direction de Laguiole. 


    votre commentaire
  • Cinquante tomahawks à longue portée furent successivement tirés contre la frontière syrienne, selon un présentateur au timbre de drone ; il croyait  que la guerre était proche, avec la chute de l’or, mais la guerre n’était ni proche ni lointaine, elle constituait tout ce processus habituel dont nous étions depuis toujours les acteurs ahuris, processus basé sur l’avidité généralisée, et se manifestant dès cette capacité à vouloir dépasser la vieille dame plantée devant, dans une queue d’attente jugée trop longue, et que l’on voulait laisser derrière soi sans ménagement parce qu’elle n’avait que deux boîtes de thon et un paquet de thé chinois alors que notre caddie était plein à craquer. On ne fit point de difficulté pour abandonner nos idéaux au plus offrant, et tous les convives des fêtes métropolitaines se levèrent rapidement pour aller faire des réserves de sucre, d’eau et de bière.  Devait-on se mettre en règle avec la loi, la foi, les impôts, moi et mon tuteur ? 

    Nos petites affaires, et même nos admirations se détachaient comme des souvenirs de ces volumes de livres poussiéreux qui avaient autrefois certainement contribué à ouvrir des perspectives d’existences plus enviables que ne se révélait de facto notre présent. Conséquemment, le timbre de nos voix sonnait comme celui de ces touristes échangeant des informations sur les moyens de transport les plus adaptés pour découvrir un nouveau pays, avec cette sonorité marquée par des différences de tonalité poussant vers l’infléchissement terne. Embrassons-nous, mon fils, me dit-il, quand cette sensation d’écrasement devient trop oppressante. Il m’invite alors à dire ce que je pense en suivant les vendeurs de gaines amincissantes déployer tout leur talent pour refiler leur stock en direct à la télévision, donnant à la soirée un air d’essayage nocturne. Remâchant son dégoût, seul, il faisait lentement tourner sa tête, dans l'irrésistible désir de nous revoir bientôt plus heureux. Je n’aurais pas signé  dans la journée même le moindre registre à sentences pour garantir un tel avenir. Les caméras de surveillance confirmaient chaque seconde que l’anomie pour inhumains s’était emparée de notre monde.


    votre commentaire
  • Indiana Jones croupit loin de la plage.

     

    Le fils spirituel de Michael Chang fait la cuillère.

     

    Nous ne saluons plus les vigiles de supermarché.

     

    Jolie vendeuse de ballons qui regarde un gros cube.

     

    La parodie gothique de l'ange Gabriel ne fait pas rire.

     

    Les pigistes  irriguent la rubrique chiens écrasés.

     

    L'anesthésiste somnambule dérange sa femme.

     

    Des casseurs posent pour les caméras.

     

    Gaël Monfils vaporise sa plantation de pensées.

     

    Des occultistes défilent en bord de manche.

     

    Trois naufragés optimistes se noient  en chantant.

     

    Combien d’avocates défendent un manchot muet ?

     

    Des membres du parti s'équipent de gaz sarin !

     

    Un lointain parent de Mats Wilander peint la nuit.

     

    Des chercheurs collent des clous aux murs.

     

    Un koala ignore toute signalisation.

     

    Ce mendiant myope vit grâce à un islandais.

     

    Le fugueur téléphone à son professeur de français.

     

    Des gouverneurs de pacotille décorent les mariés.

     

    Il compare le tarif avec un cerveau grotesque.

     

    Je retrouve des milliers de moules à gaufres.

     

    Il mangeait une démocrate modérée très loin d'ici.

     

    Tu souffres sans émigrer du côté  de Dublin.

     

    Cet oligarque menace de miser sur le tchador.

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le premier ministre ougandais prétendra hésiter.

     

    Une myriade d’espions élégants geignent au vent.

     

    Je prête le chien du voisin à deux revenants.

     

    Ce qui nous manipule est derrière la mire.

     

    Un propriétaire de casino mange l’avidité.

     

    Des survivants tableront sur leurs comptes bancaires.

     

    Vous congelez la promotion farcie au ressentiment.

     

    Dans mille ans, nous nous appliquerons à puer.

     

    Des strasbourgeoises au grand coeur postillonnent.

     

    Une femme sur quatre se montre en s'échappant.

     

    La plupart des humanistes daignent délirer.

     

    L’automobiliste s’ouvre au garagiste uniquement.

     

    Dans la chambre d'une diva, l’ennui crache.

     

    Vous devez opposer le chaos aux convaincus.

     

    Les humains grandissaient dans l’humus et l’humidité.

     

    Chaque vétéran tombe sur l’indifférence généralisée.

     

    Peu de manifestants chargent avec des pensées.


    votre commentaire