• Le rock français n'est pas mort, Varsovie bouge encore.

    Le rock français n’est pas mort, Varsovie bouge encore.

    Varsovie est un trio en provenance de Grenoble, formé courant 2005 par deux anciens membres du groupe avant-gardiste Forbidden Site : Arnault Destal (textes, batterie, arrangements) et  Thibault Chapelat à la basse. Un EP ("Neuf Millimètres") sorti en 2006 annonçait déjà la couleur et son premier album  enregistré fin 2008 au Drudenhaus Studio à Nantes vint confirmer de façon éclatante ce qu’un petit comité d’internautes avait rapidement deviné.

    La formation a arraché une soixantaine de dates en Europe et participé à divers festivals dont le Drop Dead Festival en 2007 à Prague.

    Varsovie se revendique clairement de l’héritage rock / post-punk, en dignes héritiers  de Joy Division et Noir Désir.

     

    Leur écriture, toutefois, ne se contente pas de recycler les groupes précités. Les références culturelles de ces authentiques francs-tireurs tendent vers un symbolisme voire un expressionnisme tout à fait étranger à la culture rock française.

    Les allusions historiques pleuvent (Insurrection de Varsovie), et littéraires également, Drieu la Rochelle (État Civil) par exemple.

    La voix du leader évoque une sorte de mutilation et de don à la fois, comme une saignée sans fin, substituant de la révolte à la résignation habituelle et conformiste des bobos qui colonisent le rock français (ou plutôt ses décombres).  Creusant des tranchées insatisfaites, le verbe de Varsovie est brûlant et brise l’éventuelle mollesse tiède de tout auditoire contemporain via son râle vibrant pour vies insoumises.

    Leurs sons semblent réellement provenir de l’Est et non de l’Ouest.

     

     Ces ébouriffés venus de nulle part, animés par une soif d'absolu inédite depuis Cantat, promettent de nouveaux rituels à même de réveiller une jeunesse qui s’endort aux sons de Biolay (talentueux certes, mais comme peut l’être un bon anesthésique).

     

    Pour qui veut goûter des lambeaux de déréliction et entendre un  ratissement froid et déterminé de tous les faux espoirs, ce groupe est celui qu’il lui faut.  Alors, basculons dans des canaux noirs aux relents d'humanité nauséabonde,  et écoutons État Civil, ça ira mieux après. Les bas-côtés du monde ont encore du grain à moudre et à  chanter, les cellules grises de l’asservissement radiophonique aux diarrhées capitalistes devront s’y faire.

    Ce premier album  flirte avec les frimas d’une confusion angoissée et rageuse, laissant les effluves du jour à la porte. Une ère de glaciation s’annonce à travers ce premier opus, qui fait penser à la guerre froide.

     

    Une guerre froide d’un nouveau genre.

     

     

     

     

    http://www.myspace.com/varsovie

     

    Tracklist 

    1- Etat Civil
    2- Etat d'Urgence
    3- 
    Clandestine
    4- Leningrad
    5- 
    Mademoiselle Else
    6- Cassandre
    7- Retour de Flammes
    8- La Promesse
    9- Demain en Septembre
    10- 
    L'Art de la Fugue
    11- Inertie

     

     

    « Lenoir, une musique pas comme les autres ?Et Stalingrad reviendra »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :