• La Poste voilée

    La Poste voilée
    Un voile non islamique recouvre La Poste française.

    "Votre épargne a choisi de s'épanouir dans une mutuelle, elle."
    C'est ce message arrogant et humiliant qui recouvre totalement comme un voile répugnant La Poste et surplombe le drapeau de la république française au 160, rue du Temple dans le troisième arrondissement de Paris.
    Installée là depuis " la Belle époque", à l'angle de la rue du Temple et de la rue Dupetit Thouars où l'on peut habituellement y admirer un relief singulier sous les toitures. Au même numéro y figure la "Propriété de la Société des Secours de Mutuels de Retraites, La France Prévoyante", fondée en 1886. Mais les architectes de l'époque Henri Senet et Lhéritier-L.Ansart ignoraient sans aucun doute que durant l'été 2010 leur oeuvre serait recouverte d'une publicité indiquant implicitement aux yeux à peine ébahis de la foule ensolleillée que le service public serait ainsi symboliquement insulté. Louant l'espace autour de 8000 euros par mois, le groupe privé Carac se permet donc le luxe de faire sa publicité en recouvrant tout bonnement d'une tenture de plusieurs dizaines de mètres de large La Poste de la rue du Temple. Rue où prolifèrent les mendiants à tous les carrefours. La privatisation de ce service régalien n'est pas en soi une nouveauté, la sémantique de la Banque Postale soulignant bien à quelle inversion des valeurs les citoyens doivent faire face. Issue des ordres monastiques au Xe siècle, à savoir le principe de la rotula, parchemin assurant la circulation des informations entre les différentes structures religieuses, échange déjà accompagné par le concept de l'accusé de réception pratiqué allègrement par les moines dévolus à cette mission (rotuliger), la formation historique de La Poste passera par les diverses mutations du Moyen Âge, service de Messagerie des universités, chevaucheurs de saint Louis, maîtres de Poste ; Henri IV rendant ce principe de transmission du savoir accessible à tous. Au XVIIIe siècle surgit le cavalier postillon, qui fait parfois claquer son fouet un certain nombre de fois ou d'une certaine façon pour informer de la générosité ou de l'avarice de ses alentours. Toute une série d'évolutions feront de cette entité inséparable de la République française ce qu'elle était jusqu'au démantèlement généralisé des services régaliens auquel nous assistons depuis des décennies. Si vous en avez le temps, allez jeter un oeil sur cette étrange devanture dont ne vous parleront pas les grands médias, plus obsédés à jouer le jeu des leurres et des diversions pour mieux dissimuler l'incendie de fond qui se prépare en France.

    « Horlogerie de la quotidiennetéL'enterrement de Bruno Cremer »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :