• La conscience magique (suite)

     

     

    Entretien avec la philosophe Athane Adrahane

     TR : Vous pointez l’enfance comme le lieu de l’indéterminé (se rapportant à La Fidélité de Zulawski), où la magie opère à plein, où les rêves ne font qu’un avec le sujet. N’est-ce pas le point crucial, comment préserver cette zone de l’esprit que le monde dit adulte s’évertue à vouloir réguler, ordonner et anesthésier ?

     

    AA : L’enfance non pas comme une question d’âge, mais comme cet espace ouvert à la multiplicité des devenirs. L’enfance, dès lors que rien n’est encore figé, que tout est en chemin, que tout est magique. Ce qui pour moi incarne le monde adulte, c’est un monde tristement clos sur lui-même, parvenu à son parfait développement, un monde figé dans ses certitudes, coincé dans ses définitions et qui n’accepte plus d’apprendre de ce qu’il rencontre. La création est le lieu de l’enfance par excellence parce qu’ouverte à de nombreux chemins. Elle est cet incroyable processus d’exploration de nos multiples personnages, un espace-temps où l’on peut laisser champ libre  aux langues de nos peuples, insectes, oiseaux, ours, anges, forêts, oui c’est un espace-temps où l’on  peut faire vivre ses rêves…C’est aussi un espace d’expression où l’on peut rencontrer les autres d’une  très belle façon, parce qu’au niveau de notre solitude, de notre authenticité.

    TR : David Lynch est le cinéaste du mystère. Vous analysez fort précisément certains de ses films et tous ses fans où ceux qui l’ignorent encore ne pourront qu’y trouver une matière riche pour mieux s’abandonner à son œuvre. Savez-vous qu’il veut promouvoir la méditation transcendantale qu’il pratique depuis 32 ans ? Il vient de créer une fondation dans ce but. Vous-même, avez-vous déjà abordé une spiritualité particulière ou bien la trouvez-vous essentiellement à travers l’art ?

     

    AA : Oui, je sais et je trouve son engagement, son initiative très belle et très intéressante. Œuvrer à donner la possibilité à tout étudiant américain de pratiquer à l’école la méditation transcendantale : beau et vaste programme. Tout travail dont l’urgence est d’élargir le champ de la conscience, de déployer notre créativité, de restaurer une place pour le silence, de déjouer les méfaits du stress qui assaille continuellement nos corps et nous coupe de l’essentiel est une urgence capitale actuellement. Je crois en l’efficacité pratique de ce type de recherche. Maintenant je ne l’ai pas expérimentée donc je ne peux pas en dire plus. Mais je suis une enfant du Lynch monde. Celui-ci s’est emparé de moi il y a de ça 16 ans, avec Twin Peaks() . Son univers de création m’a permis d’apaiser mes violences, de maintenir mes yeux ouverts face à mes peurs, de déployer ma créativité dans un chemin qui m’est propre, en restant fidèle à mes visions, à mes peuples. Donc, j’ai beaucoup de respect pour ses mystérieux chemins. Quant à moi, oui, c’est l’acte de créer (qu’il soit philosophique, musical…) qui me permet de déployer le chemin de ma conscience. Mais de nouveau art et style de vie sont intimement liés. La pratique du chant, notamment, requiert de se mettre à l’écoute de son corps, de ses respirations, c’est ma méditation à moi.

     

    TR : Vous pratiquez la philosophie et cette grille de lecture via Deleuze et Nietzsche notamment éclaire la plupart de vos analyses. Que conseilleriez-vous comme ouvrages pour un néophyte qui veut s’initier à cette discipline ?

     

    AA : La conscience magique se voulait, entre autres, une initiation à la philosophie, à une certaine philosophie, non coupée de la vie, puisque ce livre, outre les mondes de cinéma qui le traverse, se voit notamment guidé par les philosophes Nietzsche et Deleuze. Mais il est bon que l’on se frotte directement à l’univers de ces philosophes. Pour une approche en douceur de Deleuze, je dirai : L’abécédaire de Gilles (vidéos), l’écoute de Schizotrope et le livre Dialogues. Pour Nietzsche, je dirai : Ainsi parlait Zarathoustra et Le gai savoir.

     

    TR : «  De nos nuits, les spectacles de Marilyn Manson sont proches de ce qu’Antonin Artaud entendait par « théâtre de la cruauté » car ils sont capables d’exalter ces énergies vitales… » Quels autres artistes musicaux vous accompagnent ?

     

    AA : Einstürzende Neubaten, Dead Can Dance, Nine Inch Nails, Jacques Brel, Nick Cave, The Cranes, Thiéfaine, Diamanda Galàs, Philip Glass.

     

     

     

    http://anomaltribu.com/page/conscie...

     

    « La conscience magique (suite)La conscience magique (fin) »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :