• Djoko, Go, Go, Go !

     

    Tsonga s'autocongratule à juste titre, comme Novak, fiers qu'ils sont d'accomplir leurs destins respectifs, et l'absence de civisme n'a rien à voir avec cette joie dont sont privés les observateurs en toque, l'exemplarité éthique, ils l'offrent via leurs revers et leurs amorties, aux juges de papier de décerner les bons et les mauvais points, leurs estimations demeurent virtuelles. L'énergie vitale n'est pas à corseter par des tissages moralisateurs dont les fondements conceptuels n'ont jamais rencontré leur propre légitimité. Il ne s'agit par ces billets d'humeurs que de la nécessité de décharger sur des individus contraints d'être exemplaires malgré eux les avaries d'un système qui a perdu toute dignité; nécessité hypocrite poussant ces sentinelles du prétendu bon goût à de telles diatribes en carton pâte. Le respect n'est en rien incompatible avec la fierté et son expression spontanée. L'orgueil légitime d'individus qui se sont hissés sans l'aide de ces donneurs de leçons de pacotille à devenir ce qu'ils sont.

    La modestie est en eux, contenue et secrête, la dévoiler de façon ostentatoire ne serait que simulation, celle qui prétend assurer le bon ordonnancement des situations sportives.

    Trop d'exemplarité tuerait ce qui se vit dans les stades, à savoir justement ce besoin de retrouver ces sentiments d'honneur et d'instinct de jouer et de lutter, trop longtemps bafoués par ceux qui financent un monde pour normes de façades chargées de dissimuler l'absence pure de leur propre existence. Les valeurs classiques quand elles ne sont plus que leurs propres caricatures ne sont pas classiques mais caduques. On ne peut nier ce sentiment de nostalgie devant le spectacle des sports dits d'antan, j'entends des sports modernes à leur prétendu commencement, mais ce sentiment est illusoire car leur commencement n'a pas eu lieu. Pas au sens structurel et historique bien sûr, ( un ballon, un filet, des règles), mais de ce besoin de jouer, de s'amuser très sérieusement. Qui peut dire quand ?

    Il ne s'agit pas d'encenser l'égocentrisme des sportifs, il s'est démontré autodestructeur comme jamais lors de la dernière Coupe du Monde en ce qui concerne l'EDF, il est le fruit d'un long processus civilisationnel que certains peuvent juger involutif, pourtant, il ne s'agit plus de se distraire en regardant des croyants se faire dévorer dans des arènes. Par contre, l'on peut constater que ces "idoles "se font régulièrement détruire par les sirènes des marchés que ces mêmes donneurs de leçons protègent sous cape. Alors la jouer à la cool, sous le feu croisé des moralistes et des financiers, dans le fair-play et l'humilité, en toute innocence ? C'est devenu impossible. Trop de pression, de compression, parce que le cours du monde est ce qu'il est et que ces femmes et ces hommes qui luttent sur des terrains sans doute factices au premier abord (aux rêveurs impénitents, ils ne le sont pas) permettent à des peuples de croire encore en un avenir pour eux, il est sage d'être modeste et humble à leur égard. En n'étant pas dupes du fait qu'ils reflètent bien nos propres travers, ambivalences, violences, individualismes, cynismes, folies, dérisions. Ceci dit, Djoko, GO GO GO.

    « Source de la Démocratie Européenne.Oui à une aire pour les gens du voyage. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :